COMME ÇA

Ta longue main d’inquisitrice, d’yeux sertie, n’a rien à faire ici; le monde continue de battre le rythme de ce que tu caches et ignores de toute ta volonté, à la fenêtre. Je ne veux pas sentir ton haleine sur ce qui porte mon nom et mon odeur; ni derrière moi, ni en mon absence.

Un jour un de nous deux mourra et le sentiment accompli de la libération nous frappera simultanément, moi d’être loin des tentacules du jugement maternel, et toi de ne plus avoir à porter sur ton sein le corps défiguré de celui qui n’est pas son père.

L’éternel s’ouvre à nous, regarde!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s