Improvisation en prose

ce soir sous le lampadaire bruyant la lumière coule tes yeux me rappellent l’horloge dans la cuisine mais j’ai oublié d’éteindre le feu. on voit la glace sur la brique en face c’est fou mais tu ne fois pas les câbles électriques t’obnubilent il fait froid dehors mais tu es nu et tu t’en fous. quand la porte s’ouvre en face j’ai peur de me voir sortir je te l’ai déjà dit j’ai peur vraiment le balcon tremble et des fois mes larmes salissent la neige blanche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s